Insolite batisseur Philippe Roméro

Agriculture : les femmes invisibles
Accueil > Actualités > Agriculture : les femmes invisibles

Agriculture : les femmes invisibles

Développement économique | 8 mars
Agriculture : les femmes invisibles

Le 8 mars marque la Journée internationale pour les droits des femmes. Placée cette année par l’ONU sous le thème de l’autonomisation des femmes à travers les activités rurales et urbaines, cette journée permet de mettre en lumière l’importance primordiale des femmes dans le développement socio-économique des pays.

Les femmes constituent 70% de la population vivant avec moins de 1 dollar par jour. Particulièrement soumises à la dominance patriarcale encore exercée dans de nombreux pays, les femmes sont associées à l’espace privé, tandis qu’on attribue l’espace public - et par extension l’espace lié au travail - aux hommes.

Pourtant, les femmes produisent à elles seules 60 à 80% des aliments dans la plupart des pays en développement et sont responsables de la moitié de la production alimentaire mondiale.
Malheureusement, seulement 2% d’entre elles sont propriétaires de leurs terres. La persistance des droits coutumiers comme la transmission du foncier sur un système patrilinéaire, excluant les filles de la succession, en est la principale raison.

Les femmes peuvent donc avoir accès à la terre et la travailler, mais n’ont pas encore le contrôle de la récolte, la reconnaissance de la propriété foncière, ni la maîtrise des revenus générés par cette activité agricole.

Néanmoins l’agriculture reste un moyen de subsistance vital pour les femmes dans de nombreux pays en développement et est le principal chemin de sortie de la pauvreté.
Si les femmes accédaient aux ressources productives de manière égale aux hommes, on pourrait espérer :
-  Une augmentation de 20 à 30% des rendements sur leur exploitation
-  Un accroissement de la production agricole totale des pays en développement de 2,5 à 4%
-  Une réduction de 12 à 17% du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde

La sensibilisation et la formation professionnelle sont les clefs pour susciter une prise de conscience chez les femmes comme chez les hommes. D’un point de vue agricole, l’égalité des statuts permettrait d’améliorer efficacement les modes de développement agricole notamment l’agriculture durable en profitant des savoirs des femmes en matière de gestion de la terre.

Au Sénégal, l’association Nébéday travaille à l’autonomisation d’une communauté de 800 femmes et soutient leur développement à travers la formation professionnelle et l’ouverture d’une coopérative de vente de produits issus de l’apiculture, gérée entièrement par la communauté.

Pour en savoir plus