Insolite Bâtisseur Philippe Roméro

Port of Safety ?
Accueil > Actualités > Port of Safety ?

Port of Safety ?

Urgence humanitaire | 21 juin
Port of Safety ?

Le 17 juin 2018, après un périple d’une semaine, l’Aquarius, bateau de secours en mer Méditerranée, a pu débarquer à Valence, permettant aux 629 victimes à son bord d’être pris en charge.

Dans la nuit du 10 juin, l’association SOS MEDITERRANEE et son bateau, l’Aquarius, ont procédé à six opérations de sauvetage dans des conditions extrêmement difficiles afin de porter assistance aux rescapés.

« Tous les rescapés sont épuisés et déshydratés parce qu’ils ont passé de longues heures à la dérive dans ces canots : il y a beaucoup de rescapés brûlés par le mélange d’essence et d’eau de mer. Après avoir mené plusieurs consultations à bord, nous pouvons affirmer que ces hommes et femmes n’ont eu que peu, voire pas du tout, d’accès aux soins médicaux lors de leur détention en Libye ». Témoigne David Berversluis, médecin pour MSF à bord.

Habituellement amarré sur les côtes italiennes pour permettre la prise en charge des rescapés par les organismes de secours sur place, l’Aquarius s’est vu refuser le débarquement de ses passagers sur instruction de Rome. Ce sont donc 450 hommes, 80 femmes dont au moins 7 enceintes, 89 adolescents et 11 enfants de moins de 13 ans qui ont finalement été accueillis à Valence après plus d’une semaine d’errance en mer.

Seul bateau civil de sauvetage en mer au large des côtes libyennes, l’Aquarius fonctionne à 99% sur des fonds privés et opère depuis 2016 dans le canal de Sicile. Chaque année environ 100 000 personnes tentent la traversée maritime pour rejoindre les côtes italiennes dans l’espoir de fuir la misère et les instabilités géopolitiques de leurs pays.

Depuis 4 ans, au moins 15 000 personnes se sont noyées en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. En deux ans, SOS MEDITERRANEE a porté secours à près de 30 000 personnes.

SOS MEDITERRANEE appelle une fois de plus tous les États membres de l’UE à prendre leurs responsabilités et à faire du sauvetage en mer une priorité de leur agenda politique.

Pour en savoir plus